Option Finance Avis d’expert – Caroline-Emilie Schuster Directrice Associée June Partners: La direction de la trésorerie et des financements : un process « end-to-end » ou « hand-to-hand » ?

Novembre 2021

La gestion du cash et le pilotage des liquidités sont devenus l’enjeu principal des entreprises en cette période de crise sanitaire et économique, positionnant ainsi la direction de la trésorerie et des financements comme le véritable bras armé des directions générales et financières. Caroline-Emilie Schuster, directrice associée chez June Partners, revient sur les enjeux de la fonction.

Pourquoi la fonction trésorerie et des financements est-elle considérée comme un end-to-end process ?

L’organisation du département de la trésorerie et des financements d’une entreprise est unique car adaptée à son business, sa taille, sa structure et son écosystème. La définition d’une gouvernance trésorerie ou de grands principes est clé dans l’élaboration des processus métiers et la sélection/et ou refonte des outils nécessaires à la gestion de trésorerie et des financements, dans la circulation et la sécurisation des flux et dans la maîtrise des risques.

Les rôles et les responsabilités de la fonction trésorerie et financements sont :

– appréhender et maîtriser à la fois les processus métiers opérationnels et comptables de l’entreprise pour gérer, prévoir et optimiser les encaissements et les décaissements, ainsi que les opérations de couverture et de financement adéquats ;

– disposer de la cartographie des systèmes d’information pour définir et optimiser les référentiels, les interfaces in et out avec un outil de gestion de trésorerie pour centraliser, piloter, sécuriser la position de cash selon les contraintes juridiques, réglementaires et techniques ;

– connaître l’organisation juridique, fiscale et managériale pour mettre en cohérence le dispositif de pouvoirs bancaires et financiers, les contrats de prêts/emprunts financiers, les conventions de trésorerie pour une centralisation du cash ;

– optimiser le nombre de comptes bancaires, maîtriser la gestion des opérations de trésorerie et les virements d’équilibrage pour éviter les soldes débiteurs et les agios ;

– automatiser les processus front-to-back, définir et adapter les contrats télématiques (Ebics TS, Swift, Swift gpi) et harmoniser les offres de services (format et type de virements, instant payment, etc.) et de reporting (format et réception des relevés de comptes, intraday…) avec les différents partenaires bancaires.

Toutes ces responsabilités montrent clairement qu’aujourd’hui la direction de la trésorerie et des financements est considérée comme un end-to-end process. Garante de la position de cash indicateur de la rentabilité de l’entreprise, et de sa capacité à financer son activité de façon autonome, elle permet également de refléter les processus opérationnels et les outils, et d’identifier les leviers d’optimisation, d’harmonisation et de sécurisation au travers de l’organisation.

La digitalisation de la trésorerie : un process end-to-end ou hand-to-hand ?

Le département de la trésorerie et des financements travaille « hand to hand » avec des clients et des fournisseurs internes (juridique, fiscal, consolidation, comptabilité, communication financière, informatique) et des fournisseurs externes (organismes bancaires, cabinets d’audit, de conseil, agences de notation, intégrateur, etc.).

Le développement d’outils métier et de solutions connectées spécifiques à la fonction trésorerie (TMS, solutions et services de paiement, couvertures et dérivés) et l’automatisation des processus amont order to cash (gestion de la commande clients jusqu’à la réception du paiement) et le purchase to pay (gestion des achats jusqu’au règlement fournisseurs) à destination du business impactent les modes de fonctionnement des trésoreries.

Face à des enjeux croissants, la digitalisation des processus trésorerie permet de se concentrer sur des tâches end-to-end à valeur ajoutée :

– centraliser, piloter, couvrir et sécuriser la position de cash, la liquidité ;

– optimiser la gestion du BFR, des financements et des couvertures.

La digitalisation des processus trésorerie, avec l’élaboration d’indicateurs et de reporting pertinents, va permettre la prise de décision et la définition des solutions correctives en lien avec la stratégie opérationnelle et financière définie.

Ainsi, la transformation de la fonction trésorerie vers de l’automatisation et la digitalisation des processus métiers et outils doivent se faire dans le cadre d’un projet d’entreprise et hand to hand avec les métiers opérationnels, comptables, informatiques selon les contraintes bancaires et réglementaires, pour améliorer la performance de l’entreprise.