Olivier Issaverdens

Quel est ton parcours professionnel ?

Diplômé de l’ESCP Europe, j’ai débuté ma carrière à New York dans une start-up spécialisée dans la vente de partitions de musique digitalisées par internet. De retour en France et après un passage par la Française des Jeux, j’ai choisi de compléter ma formation par un Mastère Spécialisé en Management et Organisation de l’ESCP Europe, formation qui m’a amené à m’intéresser à des cas de réorganisation et de restructuration d’entreprises. J’ai alors rejoint AKYA Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans la cession et la reconversion de sociétés et d’activités industrielles. En septembre 2016, nous avons rejoint June Partners pour renforcer l’équipe Corporate Finance existante.

Pourquoi avoir rejoint un cabinet de conseil ?

J’ai fait le choix d’intégrer un cabinet de conseil pour pouvoir intervenir de façon ponctuelle sur des sujets et dans des situations qui sortent du quotidien des entreprises, et pour pouvoir travailler pour des clients et des secteurs variés. Mais j’ai aussi fait le choix d’un cabinet de conseil très opérationnel. Aujourd’hui, nous avons rejoint June Partners, un cabinet de taille plus conséquente mais dont l’ADN reste le même. Le rapprochement avec June Partners nous permet de proposer davantage de solutions à nos clients dans l’amélioration de leur performance et surtout au quotidien d’échanger avec des collaborateurs d’expertises à la fois différentes mais complémentaires.

Quelles sont tes missions au sein du cabinet ?

J’interviens majoritairement sur des missions de cession et de reconversion de sociétés ou d’activités en situation complexe : société ou activité en perte, non cœur de métier, activité à reconvertir… J’interviens, par exemple, lorsqu’un groupe a identifié que, pour des raisons diverses, il ne sera plus à même d’assurer une charge d’activité pérenne à l’une de ses activités ou filiales. Ma mission consiste alors à rechercher des partenaires intéressés par acquérir cette activité ou cette filiale pour la redéployer sur des nouveaux produits et de nouveaux marchés, en s’appuyant sur les savoir-faire et les moyens existants. C’est une approche collective qui offre une alternative à des fermetures de sites ou d’activités.